Du corps mutilé aux membres magnifiés

Metadatas

Date

October 31, 2019

Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

attic vase-painting body in pieces body fragment sign figurative agent body memory assembly collection vase attique corps en morceaux morceaux de corps signe agent figuratif corps morceaux ex-voto anatomique mémoire assemblage collection


Cite this document

Nikolina Kéi, « Du corps mutilé aux membres magnifiés », Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, ID : 10.4000/books.editionsehess.13683


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Dans la céramique attique, la représentation d’un morceau mutilé ou de plusieurs morceaux d’un seul corps appartient à une esthétique souvent difficile à cerner pour le spectateur moderne, celle de la violence, de la torture et de l’outrage. Parallèlement à ces images souvent faites pour le plaisir visuel et intellectuel des convives, il en existe d’autres où des membres isolés opèrent à la fois en tant qu’ornements, agents figuratifs et signes. Ce faisant, ils participent à plusieurs types de dynamique visuelle. Ainsi, une jambe, une main, un sexe, représentés en dehors de tout contexte figuratif, suffisent pour orner seuls la surface céramique. Ailleurs, les membres isolés renforcent la densité sémantique de l’image : c’est le cas des épisèmes mais aussi du motif de l’œil unique. Ce dernier doit être distingué du motif des yeux qui, lui, interagit directement avec le spectateur tout en insufflant de la vie à la surface du vase. Toutefois, le membre isolé, modelé, partie intégrante du vase, peut aussi participer de manière active à l’expérience du banquet en permettant tout un jeu de manipulations à la fois ludiques et érotisées.

In attic vase-painting, scenes celebrating charming and desirable youths coexist with scenes showing youthful bodies in pieces. This means that the aesthetics of violence, torture and outrage must have been appreciated as much as the aesthetics of the beautiful and intact body. In other cases, isolated, autonomous and therefore magnified body fragments serve as ornaments, signs and figurative agents and as such they participate in different kinds of visual dynamics. Thus, a phallus, an arm, a foot are sufficient to adorn the vase’s surface. But, an isolated member may also have a narrative function since it can serve as an eye-catcher reinforcing the content of the scene; this is the case of shield devices or of the floating eye. The latter should be distinguished from the pair of eyes that interacts directly with the beholder and, at the same time, animates the surface of the vase. Finally, when the body fragment is a part of the vase’s body, it actively participates to the symposion’s experience by allowing playful and eroticised manipulations.

From the same authors

On the same subjects