Verneret Yvonne / Espinasse

Metadatas

Date

2019

type
Language
Identifiers
Organization

MSH Clermont-Ferrand


Keywords

DC425-433 : 21st century

Similar subjects Fr

pierre

Cite this document

MSH Clermont-Ferrand USR 3550, « Verneret Yvonne / Espinasse », Les justes d'Auvergne, ID : 10670/1.r4lnww


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Sauvetage Verneret Yvonne / Espinasse (Nom du Sauveteur / Commune de Sauvetage). Pierre Blum et Marthe Blum (née Wimphen) ont quatre enfants : Francis, Tony, Jean-Max et Marie-Claude. Pendant la guerre, ils fuient de ville en ville après l’arrestation de Pierre qui est fait prisonnier à Strasbourg en 1940. Pierre Blum rejoint ensuite sa famille à Souillac. Ils viennent des Vosges. De 1941 à 1943, ils vivent à Chamalières. Ils déménagent de nouveau et arrivent en 1943 à Espinasse. Pierre Blum demande à Yvonne et son frère Sylvain Verneret s’ils peuvent trouver un logement au village ou dans les alentours. Pierre Blum explique sa situation et précise qu’il est juif. Les Verneret lui parlent alors d’une maison non occupée qui appartient à Maurice Chaumette. Celui-ci accepte de prêter sa maison au Moulin-du-Pont. Les Blum s’y installent et leur oncle maternel, Claude Wimphen, les rejoint ensuite. Les villageois connaissent leur identité mais ne les dénoncent pas. La famille n’apparait pas réellement en public, ce sont des amis qui font leurs courses par exemple.  Les enfants ne vont pas à l’école, ils prennent des cours par correspondance. La famille Blum subsiste grâce aux tickets de rationnement et à la culture de la terre. Ils participent aux travaux des champs du village. La famille est connue sous son nom de famille mais Pierre Blum possédait apparemment une fausse carte d’identité, si besoin, avec inscrit le nom de Belin. Ils vivent une existence paisible jusqu’à la libération et gardent même par la suite des liens très fort avec les villageois qui sont devenus des amis de la famille. Les familles desquelles les Blum étaient les plus proches sont : Verneret, Mazeron (du lieu-dit Lascot), Poumerol, Martin, Rouchon (du lieu-dit Longvert) et le Père Joseph Aucouturier, curé d'Espinasse. Les enfants étaient amis avec les enfants et les parents avec les parents. Les parents de Pierre, Lucie et Samuel Blum ont aussi séjourné au lieu dit Moulins-du-Pont. En 1988, les enfants Blum installent une stèle commémorative en l’honneur des habitants. Ils n’avaient pas pensé à Yad Vashem pour faire descerner aux familles de sauveteurs la médaille des Justes.  Ils ne souhaitent pas non plus se mélanger à Israël. Ce témoignage a été transmis par Francis et Marie-Claude Blum, les deux enfants de la fratrie toujours vivants.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents