Caring for adolescents: the treatment of a dangerous vulnerability Le souci des adolescents: traiter une vulnérabilité dangereuse En Fr

Metadatas

Date

April 1, 2016

Discipline
type
Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

deviancy psychiatry mental health adolescents juvenile justice category vulnerability dangerousness gender public action genealogy ethnography catégorie justice des mineurs adolescents santé mentale France déviance psychiatrie vulnérabilité dangerosité genre action publique généalogie ethnographie


Cite this document

Yannis Gansel, « Caring for adolescents: the treatment of a dangerous vulnerability », Le serveur TEL (thèses-en-ligne), ID : 10670/1.ry26lq


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

The clinical category of “difficult” adolescents has become ubiquitous in public action in France since the early 2000s. In this thesis, we explore this success as a case-study for contemporary changes in the social treatment of youth deviancy.We use two sets of empirical data: genealogical analysis drawn from a documentary corpus and ethnographic fieldwork conducted in an inter-professional network designed to treat difficult adolescents. We produce a clinical anthropology of mental health, relying on a framework based upon social constructivism tempered with interactionism and pragmatism.The category of difficult adolescents is organised by clinical expertise on subjectivity, inspired by psychoanalysis while distancing itself from psychiatry. It allows professionals in charge of youth to define, publicise and solve an emerging problem: new uncertainties in the public management of violent and deviant youth. It depicts a residual, interstitial population, located between the various institutions treating youth deviancy. Such a margin is fostered by the specialisation of these institutions and by the poor coordination capacities of local authorities and policy makers. This category operates by an extreme biographical personalisation. It reassigns adolescents to a profile of institutional treatment and makes professional interventions meaningful. It coordinates various institutions, while preserving their specialisation. It solves the anomic dilemma of vulnerability versus dangerousness, protection versus autonomy, and care versus control. This clinical expertise has a unique ability in building consensus, insuring a pervasive and coercive moral authority. However, the ethical and social stakes in the care-givers’ trouble and the cultural and political relativity of violence fall beyond this clinical scope. Thus clinical expertise performs care, which is both an affective experience and an attitude, embodying contemporary forms of public action.

Partant du cas des adolescents « difficiles », catégorie clinique devenue ubiquitaire dans l’action publique depuis le début des années 2000, cette thèse étudie les évolutions contemporaines du traitement social des déviances juvéniles en France.Deux matériaux sont utilisés : l’étude généalogique d’un corpus documentaire et une ethnographie monographique dans un réseau interprofessionnel œuvrant à résoudre les problèmes posés par les adolescents difficiles. En combinant une analyse constructiviste tempérée par le pragmatisme et l’interactionnisme, nous produisons une anthropologie clinique de la santé mentale.La catégorie des adolescents difficiles est structurée par l’expertise sur la subjectivité, inspirée par la psychanalyse et distanciée du savoir professionnel psychiatrique. Définie par un trouble ambigu, cette catégorie permet aux acteurs de repérer, rendre public et résoudre un problème émergent : les incertitudes nouvelles traversant l’action publique contemporaine sur les déviances juvéniles. Elle désigne une population résiduelle, produite par la spécialisation des institutions et par la faible capacité de coordination des bureaucraties politiques locales. Procédant par une personnalisation biographique extrême des interventions, cette catégorie réassigne les adolescents dans un sens de l’activité et dans un profil de traitement institutionnel. Elle permet de coordonner sans les indifférencier les lieux de l’action publique. Elle résout le dilemme anomique entre vulnérabilité et dangerosité, entre autonomie et protection, entre soin et contrôle. Détenant une force extraordinaire de consensus, l’expertise clinique exerce ainsi un magistère extensif. Mais ce recours aux savoirs cliniques ne rend pas compte de la relativité culturelle et politique de la violence. Il ne permet pas de repérer les épreuves éthiques et sociales de la professionnalité sous-tendant le malaise des acteurs.La clinique performe ainsi un souci, à la fois affect éprouvé et attitude tournée vers le care, qui constitue une modalité contemporaine de l’action publique.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines