La fable et le protocole : processus de création en peinture

Metadatas

Date

2012

Language
Identifiers

Keywords

fable protocole processus de création pensée non verbale pensée complexe intuition mémoire peinture contemporaine "fable" "protocole" "processus de création" "pensée non verbale" "pensée complexe" "intuition" "mémoire" "peinture contemporaine"


Cite this document

André Scherb, « La fable et le protocole : processus de création en peinture », Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société, ID : 10670/1.sgtkwo


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Notre étude des processus de création à l'œuvre dans un certain nombre de peintures contemporaines a permis de repérer deux formes de pensée, une fable et un protocole, qui correspondent, l'une à l'émergence du sens et l'autre à l'instauration de l'œuvre. Nous avons cherché à mettre en évidence leur présence lors de l'invention d'une peinture, découvrant progressivement qu'elles puisent à une source non-verbale. La recherche s'appuie sur une pratique picturale personnelle, sur l'étude de l'œuvre d'artistes et d'écrits théoriques et sur des entretiens réalisés avec six artistes contemporains : Jean-François Maurige, Shirley Jaffe, Dominique Gauthier, Christian Bonnefoi, Béatrice Bescond et Janladrou. Partant du constat qu'il existe un écart entre ce que nous faisons et ce que nous pensons faire, nous avons pu identifier une pensée profonde, pré-réfléchie, qui existe avant toute mise en mots. Avec l'éclairage des neurosciences, des théories de la pensée complexe (Edgar Morin, Miguel Benasayag), et de certaines recherches en sciences cognitives (Francisco Varela, Claire Petitmengin, Pierre Vermersch), nous avons supposé que l'impossibilité d'accéder à la totalité de notre activité cognitive nous incite à produire une fable, formulée ensuite verbalement ou plastiquement, tentative toujours renouvelée d'approcher l'indicible. L'étude montre l'importance d'une pensée en acte qui suppose, pendant la fabrique d'une peinture, une multitude de micro-décisions immédiates, en l'absence d'un débat intérieur, même si cette forme spécifique de pensée semble exclue de certaines pratiques artistiques contemporaines, en raison de leur rejet de la subjectivité et d'une mise entre parenthèse du corps. L'œuvre achevée révèle une fable et un protocole formés, c'est-à-dire formulé plastiquement. Elle donne à voir et à ressentir le processus de formulation de l'artiste. Nous postulons que c'est ce processus qui est saisi par le regardeur et qui engendre chez lui une reformulation créatrice. La peinture serait ainsi à considérer - au-delà de la pensée intentionnelle et conceptuelle, au-delà de l'objet dans sa stricte matérialité - comme un processus de pensée en transformation, qui propose une saisie provisoire de l'impensable.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines