De l’instrument de contrôle à l’objet d’art : peut-on reconnaître un poids « étalon » à Byzance (`span class="petitecap"bIV`supbe`/supb-`span class="petitecap"bVII`supbe`/supb siècles) ?

Metadatas

Date

2020

type
Language
Identifier
Collection

Histoire & mesure

Organization

Cairn

License

Cairn


Keywords

culture matérielle administration poids de balance étalon material culture administration late antiquity scale weights Byzantine Empire standard

Similar subjects En

Tools

Cite this document

Pierre Charrey, « De l’instrument de contrôle à l’objet d’art : peut-on reconnaître un poids « étalon » à Byzance (`span class="petitecap"bIV`supbe`/supb-`span class="petitecap"bVII`supbe`/supb siècles) ? », Histoire & mesure, ID : 10670/1.so9yvq


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

La notion d’étalon, comme idée générale désignant un instrument juste et certifié par une autorité incontestable, paraît être une notion insuffisante pour appréhender la diversité des instruments de contrôle et prototypes de l’Antiquité. Prenant comme cas d’étude l’Empire romain tardif, caractérisé par une normalisation sans précédent des poids et balances, nous proposons de délaisser cette notion commode d’étalon pour tenter de ressaisir l’écart entre pratiques et discours dans l’administration de la mesure. L’analyse des sources législatives, confrontée à l’étude de quelques instruments prestigieux du commerce byzantin, permet de faire vaciller une idée vague d’« officialité » du poids, au profit de pratiques historiquement situées de contrôle et de normalisation des instruments de mesure par l’Empire.

The general idea of the standard weight or étalon (in French) as an instrument certified by an incontestable authority is inadequate to apprehend the diversity of ancient control instruments and prototypes. Taking as a case study the late Roman Empire, characterized by unprecedented standardization of weights and scales, we propose to set aside the convenient notion of “standard” to investigate the gap between practice and discourse in the administration of weights and measures. Analysis of legislative sources, when viewed in the light of certain prestigious instruments of Byzantine trade, undermines the vague notion of officiality in favour of historically situated practices of control and standardization of measuring instruments by the Empire.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents