Les Brontë

Abstract 0

`pb« Une si dévorante soif de voir, de connaître, d’apprendre. »`/pb `pbLes sœurs Brontë… Ce pluriel, depuis un siècle et demi, fascine. Quand Emily écrit `embLes Hauts de Hurlevent`/emb, Anne publie `embLa Recluse`/emb de Wildfell Hall, et Charlotte `embJane Eyre`/emb. La première meurt à trente ans, en 1848 ; la deuxième à vingt-neuf, un an plus tard ; la troisième à trente-neuf, en 1855. Sans oublier Branwell, le frère écrivain maudit, qui disparaît lui aussi prématurément, miné par l’alcool et la tuberculose. Tous quatre étaient orphelins de mère. Quelle probabilité y avait-il pour que tous ces talents si originaux poussent ainsi à l’ombre du presbytère de Haworth ?`br/b Faute de pouvoir éclaircir totalement ce mystère, Jean-Pierre Ohl tente d’en dessiner les contours, et de comprendre ce qui, aujourd’hui encore, rend si proches de nous les enfants du pasteur Patrick Brontë.`/pb

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines