Du réfugié yéménite à l’entrepreneur. Quand l’exil de guerre devient opportunité économique à Djibouti

Metadatas

Date

2020

type
Language
Identifiers
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/altIdentifier/doi/10.3917/polaf.159.0145

Collection

Archives ouvertes

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess

Abstract En Fr

"Using new empirical data collected from Yemeni refugees in Djibouti, this paper explores the dynamics between refugees, economic opportunities, and the development of a distinct social class in exile. The war in Yemen has triggered an exodus of its population toward neighboring countries. On the African shore, Djibouti has received a share of these refugees. While some are sent to the Markazi refugee camp in Obock, others are able to integrate directly within the Arab communities located in Djibouti since colonial times. Members of the latter category proceed to seek work among the Yemeni diaspora in Djibouti City. While the prolonged war in Yemen continues to paralyze local economic production capacities, a new form of immigration emerges: “economic refugees.” These two immigrant populations form a new type of social class in exile, which their families left in Yemen increasingly rely on as the war continues there."

"En s’appuyant sur des données empiriques récoltées auprès des réfugiés yéménites à Djibouti, cet article traite de l’articulation entre réfugiés, opportunité économique et formation d’une classe sociale en exil. La guerre au Yémen a entraîné l’exode d’une partie de la population yéménite vers les États voisins. Sur la rive africaine, Djibouti accueille une partie de ces réfugiés. Certains sont envoyés au camp de réfugiés de Markazi à Obock et d’autres intègrent les réseaux « arabes » de Djibouti présents depuis la colonisation française. Ces populations commencent alors à travailler au sein de la diaspora. Au Yémen, la guerre qui se prolonge paralyse l’économie du pays. Quelques années après le premier exode, de nouveaux réfugiés yéménites arrivent à Djibouti. Ils sont en contact avec les premiers réfugiés urbains : ce sont des amis ou des membres de la famille. Ils représentent une nouvelle classe de réfugiés en quête de travail localement, tout en restant en lien avec leurs familles au Yémen." (source éditeur)

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Export in