Learning transfers and knowledges fields in Dioula-French bilingual schools in Burkina Faso: Primary mathematics Transferts d'apprentissage et domaines de connaissances dans les écoles bilingues dioula-français au Burkina Faso : les mathématiques au primaire En Fr

Metadatas

Date

March 6, 2015

Discipline
type
Language
Identifiers

Keywords

Learning transfers mathematics bilingual teaching Dioula/french Transfert d'apprentissage mathématiques Enseignement bilingue Dioula/français


Cite this document

oumar lingani, « Learning transfers and knowledges fields in Dioula-French bilingual schools in Burkina Faso: Primary mathematics », MoDyCo, Modèles, Dynamiques, Corpus - UMR 7114, ID : 10670/1.uiya0p


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

Students experience difficulties in using their language skills to learn mathematics, and this is reflected in their motivation and academic performance. Coming from a plurilingual environment, the Burkinabè child comes to school with his share of knowledge, representations, sum of his experiences. Strengthened by this "already there", it must not be a "head to fill", but rather to "nourish" and to support so that it builds its own knowledge. This implies that the student is placed at the center of learning processes. All learning is difficult and we have chosen to study mathematics learners in order to propose solutions for the teaching / learning of mathematics in Dioula and French in bilingual schools. Despite references to the theories of didactic situations, our thesis does not exclusively concern the didactics of mathematics. The objective is primarily linguistic because the description of the corpus emphasizes the analysis of verbal exchanges during sequences of mathematics in bilingual classes. Indeed, our work has had as support class sequences filmed and transcribed according to the software CLAN in the bilingual school of Lafiabougou "B", in Burkina Faso. With regard to the analysis of class sequences, it emerges the need for the teacher to forge a representation of the functioning of oral and written in L1 on the one hand and oral and written In L2, on the other hand, giving importance to the oral and written. It must establish bridges between L1 and L2 at the different levels of organization of the sequence of mathematics and one of the conditions is that the teacher conducts his activity so that the student, in the face of knowledge, builds metacognition, Should consider transferring learning to metacognition. Learning a language requires a sum of linguistic skills; So it is important to discern the levels of language skills and to look at their impact on learning. This calls for metalinguistic behaviors based on L1-L2 comparison. One of the difficulties encountered by the student lies in the language behavior of teachers, precisely their propensity not to reformulate or to reformulate (Noyau, 2010). On the basis of these analyzes, we end up with a set of recommendations on didactic reformulations between L1 and L2 for the training of teachers in bilingual schools.

Les élèves éprouvent des difficultés dans l’utilisation de leurs acquis linguistiques pour l’apprentissage des mathématiques et cela se ressent sur leur motivation et leurs performances scolaires. Issu d’un environnement plurilingue, l’enfant burkinabè arrive à l’école avec son lot de connaissances, de représentations, somme de ses expériences. Fort de ce «déjà-là», il ne doit pas être une «tête à remplir», mais plutôt à «nourrir» et à soutenir pour qu’il construise lui-même ses connaissances. Ce qui implique pour l’élève d’être placé au centre des processus d’apprentissage. Tout apprentissage comporte des difficultés et nous avons opté pour étudier celles que rencontrent les apprenants en mathématiques pour in fine proposer des pistes de solutions pour l’enseignement/apprentissage des mathématiques en dioula et en français dans les écoles bilingues. Malgré des références aux théories des situations didactiques, notre thèse ne porte pas exclusivement sur la didactique des mathématiques. L’objectif est avant tout d’ordre linguistique car la description du corpus insiste sur l’analyse des échanges verbaux pendant des séquences de mathématiques dans des classes bilingues. En effet, notre travail a eu comme support des séquences de classe filmées et transcrites selon le logiciel CLAN dans l’école bilingue de Lafiabougou «B», au Burkina Faso. Au regard de l’analyse des séquences de classe, il se dégage la nécessité pour l’enseignant de se forger une représentation du fonctionnement de l’oral et de l’écrit en L1 d’une part et l’oral et l’écrit en L2, d’autre part, en accordant de l’importance à l’oral et à l’écrit. Il doit établir des ponts entre L1 et L2 aux différents niveaux d’organisation de la séquence de mathématiques et l’une des conditions est que l’enseignant mène son activité de sorte que l’élève, face aux savoirs, construise des métaconnaissances, aussi doit-il songer à établir un rapport entre transferts d’apprentissage et métacognition. L’apprentissage d’une langue nécessite une somme d’habiletés linguistiques ; aussi, est-il important de discerner les niveaux de compétences linguistiques et de se pencher sur leurs impacts sur les apprentissages. Ce qui demande de la part des acteurs des comportements métalinguistiques axés sur la comparaison L1-L2. Une des difficultés rencontrées par l’élève se situe dans le comportement langagier des enseignants, précisément leur propension à ne pas reformuler ou faire reformuler (Noyau, 2010). Sur la base de ces analyses, nous finissons par un ensemble de préconisations sur les reformulations didactiques entre L1 et L2 pour la formation des enseignants des écoles bilingues.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines