Les travailleurs de la mer : désertions et débarquements des marins provençaux au xviiie siècle

Metadatas

Author
Date

May 18, 2017

type
Language
Identifiers
Collection

Tracés

Organization

OpenEdition


Keywords

navigants provençaux travail maritime débarquements et désertions contraintes stratégies travail frontière lutte de qualification pratique sociale catégorie Provence’s seafarers maritime labour disembarkations and desertions constraints strategies work boundaries classification struggle social pratice categories

Similar subjects En Fr

Working conditions Tâches

Cite this document

Claire Boer, « Les travailleurs de la mer : désertions et débarquements des marins provençaux au xviiie siècle », Tracés, ID : 10.4000/traces.6826


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Les navigants embarqués sur les navires marchands provençaux au xviiie siècle quittent fréquemment leurs navires au cours de leurs voyages, avec ou sans le consentement de leurs capitaines. Les abandons de navire sont liés au statut juridique des marins et aux conditions d’exercice du travail maritime sous l’Ancien Régime. Les marins n’ont en effet pas la liberté de quitter leur travail. Placés dans une relation de subordination, ils voient leur mobilité restreinte par le pouvoir royal. L’abandon du navire entraîne une rupture dans l’engagement de travail et est criminalisé. Les débarquements et désertions des navigants traduisent cependant des rapports de force qui s’expriment à bord des navires. Stratégie économique, forme de résistance ou moyen de négocier ses conditions de travail, ils témoignent de la capacité des travailleurs de la mer à saisir les multiples opportunités qui s’offrent à eux au cours des navigations. Ils expriment les façons dont ces hommes perçoivent leur travail et les conditions de son exercice au quotidien. Par leurs départs des navires et les discours mobilisés pour justifier le débarquement, les marins placent enfin leurs revendications à un droit à la mobilité sur le terrain d’une lutte morale. Ce faisant, ils redéfinissent collectivement les frontières du travail de la mer au xviiie siècle.

18th century merchant seafarers frequently leave their ships during their navigations, with or without the consent of their captains. Merchant ship’s desertions and disembarkations are linked to the sailor’s juridical status and work conditions. Indeed, seafarers are not allowed to leave their work. Placed in a subordinate relationship, their mobility is restrained by the royal power. Desertion and disembarkation from the ship thus introduce a rupture in the work contract of engagement, which is criminalized. Sailor’s disembarkations however express the complex power relations that structure their workplace and the maritime labour. Running away from a ship can be a way for these men to elaborate economic strategies, to resist to their commanders or to negotiate their work conditions. Hence it expresses the ways they perceive their own work and their daily working conditions. Leaving the ship eventually allow them, through the discourses they use to justify their disembarkation, to place their claim to a right to mobility in the field of a moral struggle. Thus, they collectively redefine the boundaries of maritime labour during the 18th century.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents