Everyday materials, luxury materials: bone, deer antlers, ivory, coral, mother-of-pearl, horn, whale dewlap and tortoiseshell in medieval and post-medieval crafts in Provence based on the joint study of archaeological, written and iconographic sources. Matières du quotidien, matières de luxe : os, bois de cerf, ivoire, corail, nacre, corne, fanon de baleine et écaille de tortue dans l'artisanat médiéval et postmédiéval en Provence à partir de l'étude conjointe des sources archéologiques, écrites et iconographiques En Fr

Metadatas

Date

December 1, 2017

type
Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

Craft Ivory Horn Bones Medieval Archaeology Modern Archaeology Artisanat Matières dures d'origine animale Provence Moyen Âge Epoques moderne et contemporaine


Cite this document

Marie-Astrid Chazottes, « Everyday materials, luxury materials: bone, deer antlers, ivory, coral, mother-of-pearl, horn, whale dewlap and tortoiseshell in medieval and post-medieval crafts in Provence based on the joint study of archaeological, written and iconographic sources. », Le serveur TEL (thèses-en-ligne), ID : 10670/1.xjww5p


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

This doctoral work studies and documents the use of bone, antler, ivory, coral, mother-of-pearl, horn, tortoiseshell and whalebone, together called « hard materials from animal origin » (matières dures d’origine animale), in the Provence region from the Middle Ages up to the modern period, until the advent of industrialization, an era of deep upheavals which put an end to the traditional production methods. Our research established these materials are used for manufacturing many functional or decorative objects either luxurious and expensive or ordinary and cheap. They sometimes also constitute ingredients incorporated in pharmaceutical formula or culinary recipes, are used in steel making or for glue production. Our analysis is based on the joint study of archaeological sources including more than 4000 pieces discovered in excavations, written and iconographic sources with the additional support of archaeozoology and ethnography. It provides a vision of these materials use and their qualitative and quantitative integration in medieval and modern Provençal economies. Our approach highlights the mechanical properties of the raw materials, the morphology of anatomical pieces from the various animal species as well as the craft work technical development along the different periods. Ivory, coral, mother-of-pearl, horn and tortoiseshell surface trade routes are equally documented. From discovery contexts and observation of the tools marks on the objects, blanks and waste, when the technical approach was feasible, we characterized the manufacturing processes and places. Detailed analysis of the written sources also provides information on the craftsmen working these materials, on the sale and circulation of objects and raw materials. The interdisciplinary approach helps better understand the produced objects genesis, identify and characterize their specific ornamentation characters, reproduce their morphological evolution, estimate their market value and therefore identify the social category they are intended for, put forward assumptions about the symbolism conferred upon them, and finally describe the way they are perceived and therefore sometimes regulated.

Ce travail doctoral étudie et documente l’utilisation de l’os, du bois de cervidé, de l’ivoire, du corail, de la nacre, de la corne, de l’écaille de tortue et des fanons de baleine, matériaux rassemblés sous l’appellation « matières dures d’origine animale », en Provence durant le Moyen Âge et la période moderne, jusqu’à l’avènement de l’industrialisation, époque de bouleversements profonds qui mettent un terme aux modes de production traditionnels. Nos recherches ont établi que ces matériaux sont employés dans l’élaboration de très nombreux objets fonctionnels ou ornementaux tant luxueux et onéreux qu’ordinaires et économiques. Ils constituent aussi parfois des ingrédients incorporés à des recettes pharmaceutiques ou culinaires, sont utilisés dans l’aciérage ou pour la production de colle. Notre analyse se fonde sur l’étude conjointe des sources archéologiques, avec la prise en compte de plus de 4000 pièces découvertes en fouilles, des sources écrites et iconographiques avec en outre l’appui de l’archéozoologie et de l’ethnographie. Elle livre une vision de l’utilisation de ces matériaux et de leur insertion qualitative et quantitative dans les économies provençales médiévale et moderne. Notre approche met en évidence les propriétés et caractéristiques physiques des matières premières, la morphologie des pièces anatomiques provenant des différentes espèces et les possibilités formelles et techniques du travail artisanal, en fonction des périodes et des objets produits tout en s’intéressant aux différents modes et circuits d’approvisionnement utilisés sur terre et sur mer. De l’analyse des contextes de découverte et de l’observation des traces d’outils visibles sur les objets, les ébauches et les déchets découle une approche technique caractérisant, lorsqu’elle est réalisable, les modes de transformation des matériaux et de fabrication des objets ainsi que la localisation des lieux de production. Le dépouillement des sources écrites apporte également des informations relatives aux artisans travaillant ces matériaux, à la vente ainsi qu’à la circulation des objets et des matières premières. L’approche interdisciplinaire permet ainsi de mieux comprendre la genèse des objets produits, d’identifier et de caractériser les types de décor qui leur sont spécifiques, de restituer leur évolution morphologique, d’estimer leur valeur vénale et donc de cerner la catégorie sociale à laquelle ils sont destinés, d’émettre des hypothèses quant à la symbolique qui leur est conférée et de décrire la manière dont ils sont perçus et donc parfois règlementés.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines