Quelques remarques à propos des origines des techniques d'écriture contrapuntique chez Haydn, Mozart et Beethoven

Metadatas

Date

2014

type
Language
Identifier
Collection

Musurgia

Organization

Cairn



Cite this document

Frédéric Gonin, « Quelques remarques à propos des origines des techniques d'écriture contrapuntique chez Haydn, Mozart et Beethoven », Musurgia, ID : 10670/1.xzlfap


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Parmi les différentes sources qui ont contribué à pérenniser la pratique du contrepoint chez les classiques viennois, l’enseignement sur les bases du Gradus ad Parnassum de Fux occupe une place non négligeable. Les réminiscences de cet enseignement sont en effet nombreuses et variées chez Haydn, Mozart ou Beethoven. Elles relèvent dans certains cas de l’exploitation de procédés techniques spécifiques (rythmique inspirée des espèces fuxéennes, écriture sur cantus firmus). Elles peuvent également servir de référence à la musique d’église. Plus souvent et plus fondamentalement encore, elles traduisent cette rigueur d’écriture qui a fait la force du classicisme viennois et qui a inspiré de nombreux compositeur par la suite, notamment Boëly.

Some observations on the origins of contrapuntal techniques in Haydn, Mozart and BeethovenAmong the different sources that contributed to make the practice of counterpoint durable in the works of the Viennese classical composers, the teaching based on Fux’ Gradus ad Parnassum occupies an important position. Reminiscences of this teaching are numerous and varied in Haydn, Mozart or Beethoven. They concern in some cases the usage of specific technical processes (rhythms inspired by the Fuxian species, or writing on a cantus firmus). They may serve as reference to church music. More often and at a deeper level, they express that strictness of writing that was to be the force of Viennese classicism and that inspired many later composers, among which Boëly.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines