Psychologie, cancers et société

Metadatas

Date

1995

Language
Identifiers
Collection

Psychologie

Organization

Cairn

License

copyrighted

Abstract 0

« La longueur des évolutions, les guérisons et les rémissions, les modalités complexes de l'histoire naturelle de la maladie engendrent des problèmes qui ne se limitent pas à la clinique. Le malade est toujours un homme ou une femme, avec son histoire de vie, son monde, son système de relations, ses marques, ses appartenances, ses valeurs qui renvoient aux domaines de la société, de la culture, des mentalités, des manières de vivre et de mourir, de l'éthique. Il n'est pas question de hiérarchiser mais de prendre acte que l'homme malade, c'est tout cela et sans doute aussi bien des choses que nous ne savons pas encore. A cet égard, la psycho-oncologie détient une sorte d'exemplarité : elle réfute un réductionnisme inefficace parce qu'il est inhumain. Pour apaiser, soulager, rendre à l'espérance, toutes sortes de références sont requises. L'oncologie est à l'épreuve d'un humanisme d'autant plus indispensable qu'il est sous la menace de la maladie. » Yves Pélicier

From the same authors

On the same subjects

Similar documents