Erreur sur la personne ? La médecine au quotidien

Metadatas

Date

June 1, 2012

type
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition



Cite this document

Jean-Christophe Weber, « Erreur sur la personne ? La médecine au quotidien », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, ID : 10.4000/cps.2308


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

À l’heure où l’essence de la médecine cherche à être ressaisie pour repenser une pratique en crise d’identité, la notion de personne peut apparaître comme un point d’ancrage possible. L’auteur examine l’usage qui en est fait dans la littérature professionnelle et dans les avis du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) entre 2005 et 2010. La notion de personne apparaît complexe et sert des idéologies qui s’affrontent. Les traditions juridique, théologique et philosophique qui la sous-tendent ont cédé en partie à une nouvelle conception affirmée par la Déclaration universelle des droits de l’Homme de 1948. Celle-ci n’évite pas deux écueils : l’exaltation de l’individu autonome et responsable de la modernité laisse un nombre croissant d’êtres parlants sur le bord du chemin ; l’attention portée au vivant minore le souci des conditions politiques et sociales de l’existence. Faisant retour sur l’éthique de la pratique, l’auteur suggère qu’elle n’a pas besoin, pour consister, de recourir à la notion polémique, complexe et problématique de la personne.

At a time when the nature of medicine needs to be re-appropriated in order to rethink a practice that is called into question, the notion of person may be a point of reference. The author examines its use in the professional literature and in the recommendations of the French National Advisory Board on Ethics (Comité consultatif national d’éthique, CCNE) between 2005 and 2010. The notion of person appears to be complicated, and serves conflicting ideologies. It was given a new meaning in the Universal Declaration or Human Rights of 1948 in the fields of law, theology and philosophy. Yet this reformulation has two drawbacks: the autonomous, accountable, modern individual is the new gold standard which casts an increasing number of human beings to the side; the focus on human life as such has superseded a consideration for political and social conditions. In an analysis of the ethics of medical practice, the author suggests that a sound practice does not need to resort to the controversial notion of person.

From the same authors

On the same subjects