Des vestiges archéologiques à la « maison » en Gaule méditerranéenne (Xème- IIème siècle avant notre ère). Les intérêts d’une approche pluridisciplinaire pour la restitution d’un « mode d’habiter ».

Metadatas

Date

June 20, 2019

Language
Identifiers


Cite this document

Mélanie Marcel, « Des vestiges archéologiques à la « maison » en Gaule méditerranéenne (Xème- IIème siècle avant notre ère). Les intérêts d’une approche pluridisciplinaire pour la restitution d’un « mode d’habiter ». », Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société, ID : 10670/1.zfl82s


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

En Gaule méditerranéenne entre le Xème et le IIème siècle avant notre ère, plusieurs formes d’habitations se côtoient ; certaines se succèdent dans le temps tandis que d’autres coexistent. Jusqu’au VIeme siècle avant notre ère les habitations sont plutôt des bâtiments à une ou deux pièces, de forme absidiale ou quadrangulaire, en terre de garnissage ou terre massive. Les aménagements domestiques et le mobilier qui nous sont parvenus permettent d’identifier les activités pratiquées et leur organisation dans l’espace. Au cours du Veme siècle avant notre ère de nombreuses mutations dans cette façon d’habiter sont perceptibles, de nouvelles techniques et de nouveaux plans faisant leur apparition et devenant même prépondérants. Une spécialisation des espaces semble alors s’opérer, ainsi qu’une certaine normalisation des formes architecturales.À travers cet exposé, il s’agit de faire part des connaissances acquises par l’archéologie sur l’habitat de l’âge du Fer en France méditerranéenne et de montrer la nécessité d’une collaboration pluridisciplinaire, afin de dépasser les limites des lacunes matérielles et de mieux appréhender les aspects immatériels de ces « maisons ». En effet, de nombreuses pistes de réflexion ont pu être ouvertes et méritent d’être discutées.On s’interroge en particulier sur la présence de plusieurs formes architecturales au sein d’un même site et sur le sens à donner à cette coexistence, sur les raisons et les modalités de transformation de ces maisons, sur les modes de mises en œuvre, mais aussi sur l’usage qui peut être fait de ces différents espaces. L’anthropologie devrait pouvoir fournir les éléments nécessaires pour privilégier certaines hypothèses ou bien ouvrir de nouvelles pistes interprétatives.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines