Etude critique des liens de la théorie de l'art à l'idée platonicienne : de l'esthétique idéaliste (Cassirer/Panofsky) à la crise de l'Idée (Didi-Huberman)

Metadatas

Date

2012

Language
Identifier
  • 2268/136814
Organization

Université de Liège


Keywords

Panofsky Esthétique idéaliste Iconologie Cassirer Eidos Eidolon Arts & sciences humaines :: Philosophie & éthique Arts & humanities :: Philosophy & ethics

Similar subjects Fr

Arts

Cite this document

Maud Hagelstein, « Etude critique des liens de la théorie de l'art à l'idée platonicienne : de l'esthétique idéaliste (Cassirer/Panofsky) à la crise de l'Idée (Didi-Huberman) », ORBi : Arts & sciences humaines


Share / Export

Abstract Fr

Quelle place laisse-t-on généralement à l’Idée dans le champ de la création artistique? Depuis la Renaissance, les théoriciens de l’art reconnaissent volontiers son rôle fondateur. Transformée par les bouleversements culturels et théoriques du Quattrocento, la représentation artistique moderne semble subir l’autorité de l’Idée. Telle est d’ailleurs la conception à laquelle se réfèrent encore Ernst Cassirer et Erwin Panofsky: aucun signe n’est laissé au hasard dans les oeuvres, l’artiste participant au déploiement de la pensée rationnelle. Le dialogue de ces auteurs à propos de l’Idée platonicienne servira ici de cadre à la réflexion. Guidé par les principes du néokantisme, le débat qui anime les deux penseurs dans les années 20 (à l’époque, Cassirer et Panofsky sont collègues à l’Université de Hambourg) marquera profondément le développement ultérieur de l’histoire de l’art. Pour cette raison au moins, il importe de reprendre ici les arguments principaux de leur démonstration à deux voix. Aujourd’hui, pourtant, la création artistique n’est plus automatiquement rapportée au concept d’Idée. Rares sont les théoriciens qui voient encore l’objet artistique comme la seule matérialisation d’une entité intelligible séparée. Le couple matière/forme semble lui-même dépassé. Et, de manière générale, la plupart des catégories esthétiques sont mises en cause par les nouvelles définitions de l’image. Parmi ceux qui résistent à la tendance «idéalisante» de l’histoire de l’art, Georges Didi-Huberman est probablement celui qui inscrit le plus explicitement son propos dans le débat initié par Cassirer et Panofsky.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines