« Ô mon âme, n'aspire pas à la vie immortelle … Sur les avatars de Pindare, Pythique III, 61-62, des scholiastes anciens à Saint-John Perse, Paul Valéry, Albert Camus, et à l'entour »

Metadatas

Date

February 1, 2011

Discipline
type
Language
Identifier
Collection

Rursus

Organization

OpenEdition


Keywords

interprétation Pindare poésie relecture Valéry interpretation Pindar Poetry Valery


Cite this document

Michel Briand, « « Ô mon âme, n'aspire pas à la vie immortelle … Sur les avatars de Pindare, Pythique III, 61-62, des scholiastes anciens à Saint-John Perse, Paul Valéry, Albert Camus, et à l'entour » », Rursus, ID : 10.4000/rursus.468


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cette étude tente de retracer le chemin parcouru par les v. 61-62 de la IIIe Pythique de Pindare, depuis leur contexte historique et énonciatif initial et leur rôle dans l'économie générale de l'ode, sur les plans pragmatique, éthique et esthétique, jusqu'aux traductions qu'en donnent Hölderlin ou Saint-John Perse et l'exergue qu'en tirent Paul Valéry, pour Le Cimetière marin, et Albert Camus, pour Le mythe de Sisyphe. Les usages changeants de ce distique permettent d'explorer diverses conceptions de l'hellénisme et de la poésie, en relation avec les thèmes fondamentaux, dans des oeuvres aux registres et significations variées, de la condition humaine, entre nécessaire joie de vivre et refus de l'immortalité.

« Ô mon âme, n'aspire pas à la vie immortelle … About some various uses of Pindar's third Pythian Ode, 61-62, from ancient scholies to Saint-Johne Perse, Paul Valéry, Albert Camus, and around » In this study, I intend to describe the reception and interpretation of Pindar's third Pythian Ode, 61-62, from their first historical and performative context and their function in the general organisation of the ode, on the pragmatic, aesthetic, and ethical levels, to the translations by Hölderlin and Saint-John Perse and the epigraphs to Paul Valéry's Le Cimetière marin and Albert Camus's Le mythe de Sisyphe. The changing uses of these two verses help to examine various conceptions of hellenism and poetry, related to the primary subjects of human condition, between an essential joy of living and the refusal of immortality.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines