Le Dit des Neuf Preux et des Neuf Preuses : textes et images d’une Danse Macabré inhabituelle dans les cours européennes du xve siècle

Metadatas

Author
Date

2021

Discipline
type
Language
Identifier
Source

Le Moyen Age

Collection

Cairn.info

Organization

Cairn

License

Cairn


Keywords

dit Preux Preuses Danse Macabré macabre dit Worthies Worthy Women Danse Macabré macabre


Cite this document

Marco Piccat, « Le Dit des Neuf Preux et des Neuf Preuses : textes et images d’une Danse Macabré inhabituelle dans les cours européennes du xve siècle », Le Moyen Age, ID : 10670/1.kr198h


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

D’influence française, le thème des Neuf Preux et Neuf Preuses se diffuse en Italie au xve siècle et modifie profondément la tradition de la mémoire des Hommes illustres de la tradition classique. Cette nouvelle allégorie, qui arrive en Italie par les terres du Piémont, associe la présentation de trois Preux avec celle de trois Preuses comme des exemples célèbres à imiter. Elle s’adapte au goût de la noblesse des zones alpines et frontalières, pénétrant jusqu’au centre de la péninsule italienne. Dans certains cas, tel le château de Manta, nous voyons un contraste entre les images fastueuses du gothique international et les textes en vers en français. La série peut se montrer comme l’expression d’une danse- procession nobiliaire, dont les participants, les uns après les autres et nonobstant le grand pouvoir qu’ils possèdent sur terre, arrivent pour témoigner du regret de leur jeunesse qui est propre au canon macabre du Moyen Âge européen.

The French-influenced theme of the Nine Worthies and Nine Heroines spread in Italy in the fifteenth century, deeply modifying the memory of the classical tradition of the Illustrious Men. This new courtly allegory arrived in Italy through the Piedmont lands and combined the presentation of three Worthies with three Heroines as famous examples to follow. In particular, it meets the artistic touch of the nobility in the Alpine area, spreading further into Central Italy. In some cases, as in the Castle of Manta, one can see a strong contrast between the elegant images and the texts. The series can be seen as an expression of a processional dance performed by the nobility, the participants of which, in spite of their worldly power, express one by one the regret of the loss of their youth, much like in the European medieval macabre tradition.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in