Macrobe : une langue philosophique?

Metadatas

Date

1992

Discipline
type
Language
Identifier
Collection

Persée

Organization

MESR

License

Copyright PERSEE 2003-2023. Works reproduced on the PERSEE website are protected by the general rules of the Code of Intellectual Property. For strictly private, scientific or teaching purposes excluding all commercial use, reproduction and communication to the public of this document is permitted on condition that its origin and copyright are clearly mentionned.



Cite this document

Jacques Flamant, « Macrobe : une langue philosophique? », Publications de l'École Française de Rome, ID : 10670/1.v87glj


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

Macrobe est un écrivain très conscient des exigences d'une langue philosophique. Se proposant d'éclairer le Songe de Scipion de Cicéron à la lumière du néoplatonisme grec d'un Porphyre, il s'efforce d'adapter la langue philosophique latine au cadre et aux concepts d'une nouvelle métaphysique. Curieusement il se sépare de Plotin en refusant de recourir au mythe pour traiter des plus hauts niveaux de l'Être, l'Un et l'Intellect, probablement parce qu'il recherche avant tout une expression rigoureuse, précise et univoque des concepts philosophiques. Ainsi animus et anima - que Cicéron n'hésite pas à employer l'un pour l'autre - correspondent rigoureusement chez lui, le premier au Νούς, le second à la ψυχή de la hiérarchie plotinienne. En un sens - le meilleur - sa langue philosophique annonce la précision de l'outil que forgeront ses lointains admirateurs de la scholastique médiévale.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in