State building under aid regime. An outward-looking administration building in Senegal La fabrique de l'État sous régime d'aide. Construction d'une administration extravertie au Sénégal. En Fr

Metadatas

Date

June 27, 2019

type
Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

ruling classes Public administration international assistance State Senegal Aide internationale État Administration publique Sénégal classes dirigeantes dispositifs d’aide


Cite this document

Mélissa Haussaire, « State building under aid regime. An outward-looking administration building in Senegal », Le serveur TEL (thèses-en-ligne), ID : 10670/1.bv32io


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

Senegal is a country which received a lot of aid. Nevertheless, its economic growth and its political stability show that we can’t summarize the donor’s presence only as foreign dependency. Focusing on the making and implementation of managing services at an international level and the way the leading, administrative and political elites take hold of them, this thesis observes the results of the extroversion strategies and power changes. This Reflection will focus on the following three points : capture and redistribution strategies of the national elites, external aid management tools and its changes, and projects coordinator careers. The research explores senior management high administration connected to international aid thanks to interviews and to a large corpus of documents and archives. It shows that the making of an outward-admministration, if it encourages competition around funds’ use and management, doesn’t generate only a State separation. Beyond the creation of bureaucratic divisions or the appearance of an international elite, the help is proper by local actors who write it in endogenous logics to the administration (administrative struggles, existing hierarchies, links with the political world) in which they are highly anchored.

Le Sénégal est un pays sous régime d’aide. Toutefois, sa croissance économique et sa stabilité politique interdit de résumer la présence persistante des bailleurs à une simple dépendance à l’étranger. En prenant pour objet la construction et la mise en œuvre des dispositifs de gestion de l’aide au niveau national sur le temps long (1960-2019) et la manière dont les élites dirigeantes, politiques et administratives, s’en saisissent, cette thèse observe les stratégies d’extraversion et les reconfigurations de pouvoir qui en résultent. Cette réflexion s’articule autour de trois entrées : celle des stratégies de captation et de redistribution des élites dirigeantes, celle des instruments de gestion de l’aide et de leurs transformations, et celle des carrières des directeurs de projets. En étudiant, à partir d’un corpus documentaire et archivistiques varié et d’une série d’entretien, les espaces de la haute administration sénégalaise branchée sur l’aide, nous montrons que la construction d’une administration extravertie, si elle donne lieu à des concurrences autour de la gestion et de l’usage des fonds, n’entraîne pas seulement une fragmentation de l’État. Au-delà de la création d’enclaves bureaucratiques ou de l’apparition d’une élite internationale, l’aide est appropriée par les acteurs locaux qui l’inscrivent dans des logiques endogènes à l’administration (les luttes administratives, les hiérarchies existantes, les liens avec le monde politique) dans laquelle ils sont fortement ancrés.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents