17 septembre 1914*

Metadatas

Date

September 14, 2017

Language
Identifier
Organization

OpenEdition

Abstract 0

Lettre d'André Warnod à Andrée Cahen-Berr 17 septembre 19141 Ma chère petite Dedée, Beaucoup de calme après ces jours effroyables. Les Allemands battent en retraite. Nous nous reformons dans une ferme. Nous ne manquons de rien. On a tout à profusion. Des voitures vont à Nancy et ramènent tout ce qu’on veut, du linge, des habits. Je pense qu’un grand pas est fait, et d’ailleurs à présent que je suis brancardier, que je ne marche plus qu’avec l’ambulance, j’ai encore moins de chance de recevoi...

From the same authors

On the same subjects

Similar documents