De la justesse de la langue maternelle pour parler du génocide - précisions à l'article précédent.

Metadatas

Date

March 4, 2020

Discipline
Language
Identifier
Organization

OpenEdition



Cite this document

Amélie Faucheux, « De la justesse de la langue maternelle pour parler du génocide - précisions à l'article précédent. », Altérité & violence, ID : 10670/1.euekxr


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Dans l'article précédent  - Dis moi quelle langue tu parles, je te dirai qui tu comprends, il était question des écueils de la traduction et de l'importance d'une certaine maîtrise de la langue dans l'intercompréhension d'une rencontre. L'article soutenait que parler la langue de son interlocuteur n'était ni suffisant ni la seule méthode valable pour approcher la vérité d'un être et de son vécu. Innocent Ruzigana, guide du mémorial de Ntarama et  spécialiste de grammaire et d’étymologie rwand...

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines