Sous les pavés de la qualité urbaine. Gouvernement des territoires, gouvernement des conduites et formes renouvelées de la domination dans la ville néohygiéniste

Metadatas

Date

June 17, 2013

Discipline
types
Language
Identifiers

Keywords

ZONE URBAINE


Cite this document

Hélène Reigner, « Sous les pavés de la qualité urbaine. Gouvernement des territoires, gouvernement des conduites et formes renouvelées de la domination dans la ville néohygiéniste », Le serveur TEL (thèses-en-ligne), ID : 10670/1.mxx92o


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Ce mémoire d’HDR dresse le constat de la force des logiques de spécialisation des espaces activées par et dans les politiques urbaines relevant du cadre de vie et de la qualité urbaine d’une part, objective leurs effets socio-spatiaux d’autre part, et renseigne les mécanismes par lesquels ces politiques s’imposent, enfin. Nettement, le cadrage et la mise en ½½uvre des politiques urbaines contemporaines, en matière de renouvellement urbain et de mobilité sûre et durable, témoignent d’une mise en ordre des territoires et des conduites, d’un tri des usages et des usagers dans la ville. Les canons contemporains de l’attractivité urbaine façonnent le gouvernement des territoires, un idéal de ville projeté fait de hauts lieux stratégiques à mettre en valeur et en creux, d’espaces sous-gouvernés. La qualité urbaine et la durabilité, convoquées pour justifier ces politiques urbaines, agissent comme de puissants mots d’ordre qui viennent dissoudre les prises de la contestation. Sans nul doute, la mise en scène de la qualité de vie dans les centres-villes historiques patrimoniaux et pittoresques répond en grande partie à l’impératif de valorisation d’une identité urbaine, tel un avantage comparatif dont usent et abusent les villes européennes, contre-modèle parfait de la métropole XXL américaine ou du monde émergent. Au-delà de ce constat, l’apport théorique original de nos travaux, a consisté à identifier les mécanismes par lesquels cet ordre urbain se déploie. Ce faisant, ce travail s’inscrit au c½ur d’une controverse scientifique contemporaine qui voit se confronter des travaux radicaux néomarxistes qui mettent l’accent sur les logiques de domination en ville, de soumission au marché, de mise à distance des surnuméraires du capitalisme d’une part, et des travaux d’inspiration néowébérienne, qui insistent sur le pluralisme des intérêts en ville, sur la capacité politique des sociétés urbaines à produire du sens et des politiques publiques d’autre part.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines