LE CARNET DANS L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉCRITURE LITTÉRAIRE AU LYCÉE. Spécificités et enjeux didactiques

Metadatas

Author
Date

2019

Discipline
Language
Identifiers
License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess



Cite this document

Yves Renaud, « LE CARNET DANS L'ENSEIGNEMENT DE L'ÉCRITURE LITTÉRAIRE AU LYCÉE. Spécificités et enjeux didactiques », Hyper Article en Ligne - Sciences de l'Homme et de la Société, ID : 10670/1.pbqnwo


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

La sérendipité a du bon, tout le monde le sait. C'est en travaillant sur la question de l'enseignement de la création littéraire que je me suis intéressé sans l'avoir prévu à ce qu'un usage scolaire du carnet pouvait impliquer et signifier. Et cette attention a donné lieu à quelques constats et quelques réflexions didactiques insoupçonnés. Ce sont ces résultats que je me propose d'exposer dans cet article. La question qui est la mienne, « comment enseigner la création littéraire à l'école », ne sert qu'à mettre à l'épreuve et à étayer une idée héritée des ateliers d'écriture depuis leur émergence à la fin des années 1960 : il faut mettre au travail. Écrire, écrire, et encore écrire. Or quoi de mieux que de tout garder, pour voir le travail accompli, dans des carnets, sur le modèle de ce que j'avais observé dans les cours d'arts visuels, leurs enseignants s'inspirant eux-mêmes des pratiques d'artistes et de leurs carnets remplis d'esquisses et de croquis, d'exercices et d'essais ? À l'école, « écrire dans un cahier » (le cahier étant le support le plus commun de l'école moderne) est devenu, par cette imitation, « écrire dans un carnet » (le carnet devenant le lieu de tous les brouillons possibles). Autre raison à cette collecte exhaustive : le recours au carnet, recueil encore vierge des productions futures, devait en faciliter la préservation ; faire écrire sur des papiers libres aurait précipité leur perte entre deux sonneries et trois chahuts. Or, on le verra, procéder de cette façon a une incidence sur ce qui est fait-davantage que la façon de rédiger des élèves, c'est le sens même de ce qui est fait qui change, l'enjeu est d'ordre cognitif 1 : on visait le développement d'une posture d'auteur chez l'élève, et on se rend compte qu'on est en même temps en train de dire quelque chose de ce qu'est écrire, de la façon de l'envisager. On découvre que le carnet est un objet très particulier, qui, sans avoir les mêmes spécificités que le carnet d'écrivain (ou d'artiste), est très différent du cahier d'école-il n'est pas un beau cahier, un cahier amélioré, il est bien plus que cela, et c'est ce que je veux explorer dans ces lignes. On découvre en outre que faire écrire les élèves dans un carnet induit non seulement une certaine idée de la littérature, mais encore un certain type de rapport au monde.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines