Danser avec le sexe. Érotisme et exotisme dans la réception parisienne du tango (1907-1914)

Metadatas

Date

December 1, 2017

type
Language
Identifiers
Organization

OpenEdition


Keywords

Tango érotisme exotisme Belle-Époque Paris Tango eroticism exoticism Belle-Époque Paris

Similar subjects Fr

Lutèce

Cite this document

Rafael Mandressi, « Danser avec le sexe. Érotisme et exotisme dans la réception parisienne du tango (1907-1914) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, ID : 10.4000/clio.13713


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Le premier cycle de diffusion internationale du tango, dans les années immédiatement antérieures à la Grande Guerre, a eu Paris pour épicentre et les milieux aristocratiques et mondains de la capitale française comme lieu privilégié et premier d’inscription sociale. Un fort engouement pour la « nouvelle danse » s’ensuivit, ce qu’on appelle à l’époque « tangomanie » s’installa et, avec elle, sont nées des polémiques opposant partisans et adversaires d’une danse venue d’ailleurs et aux accents sexuels troubles. C’est ainsi en tout cas qu’elle est perçue, au croisement de deux axes de réception principaux : érotisme et exotisme. Or ils sont étroitement liés. On en examinera les figures et leurs interactions dans la construction d’une image publique du tango promise à une réappropriation au-delà du seul contexte parisien et à une longue postérité qui se prolonge, à certains égards, jusqu’à aujourd’hui.

In the years leading up to World War I, Paris served as the epicentre for the international dissemination of the tango: the city’s aristocratic and high society furnished a privileged space for the tango’s social endorsement. The ensuing dance craze known as “tangomania” gave way to a great polemic opposing partisans and adversaries of this new foreign dance with its troubling sexual overtones. In any case, this is how the tango was perceived by many of its contemporaries – at the crossroads between two principal qualities that marked its reception: eroticism and exoticism. These two aspects are, in fact, explicitly intertwined. This article investigates how the construction of the public image of the tango in Paris rendered feasible the (re)appropriation of the tango well beyond the French capital and ensured its long posterity that, in many respects, still pertains today.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines