L'Amirauté en Normandie.

Metadatas

Date

1970

Discipline
type
Language
Identifier
Collection

Persée

Organization

MESR

License

Copyright PERSEE 2003-2023. Works reproduced on the PERSEE website are protected by the general rules of the Code of Intellectual Property. For strictly private, scientific or teaching purposes excluding all commercial use, reproduction and communication to the public of this document is permitted on condition that its origin and copyright are clearly mentionned.



Cite this document

Joachim Darsel, « L'Amirauté en Normandie. », Annales de Normandie, ID : 10.3406/annor.1970.5040


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

Le port de Fécamp, à l'exemple de ceux de Dieppe, du Tréport, d'Eu, entre autres, n'avait pas attendu la création d'une Amirauté en France pour se doter d'institutions maritimes. L'abbaye de la Trinité se chargea de l'en pourvoir, qui possédait un domaine occupant le front de mer sur une soixantaine de kilomètres. En vertu du jus dominationis qui lui avait été confirmé par Richard II et Guillaume le Bâtard, elle établit une Vicomte de l'Eau ou de la Mer à laquelle elle attribua tous pouvoirs de recette et de juridiction. Ces pouvoirs, l'abbaye les conserva même après l'installation à Fécamp et à Saint-Valery-en-Caux d'un siège particulier d'Amirauté. Elle les perdit cependant, en grande partie, à la fin du XVIIe siècle, lorsque le pouvoir royal se lassa des récriminations des usagers contre l'incurie des administrateurs de ces deux ports. L'Amirauté seule désormais, régit jusqu'à sa suppression, en 1791, les activités maritimes du pays de Caux, dont la principale était — et demeure — la pèche au hareng. Quant à la Vicomte de la Mer, elle se trouva réduite au modeste rang de bureau de recette de droits féodaux, et la compétence de ses juges se limita à connaître des seules infractions aux dits droits.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in