Attitudes Toward Popular Religion in Ritual Texts of the Chinese State: The Collected Statutes of the Great Ming

Metadatas

Author
Date

1989

type
Language
Identifier
Organization

MESR

License

Copyright PERSEE 2003-2019. Works reproduced on the PERSEE website are protected by the general rules of the Code of Intellectual Property. For strictly private, scientific or teaching purposes excluding all commercial use, reproduction and communication to the public of this document is permitted on condition that its origin and copyright are clearly mentionned.



Cite this document

D Overmyer, « Attitudes Toward Popular Religion in Ritual Texts of the Chinese State: The Collected Statutes of the Great Ming », Cahiers d'Extrême-Asie, ID : 10.3406/asie.1989.948


Metrics


Share / Export

Abstract Fr

L'autorité de l'Etat chinois a toujours été vue, depuis les Shang, comme dérivant des ancêtres et des divinités vénérés par le souverain et par ses fonctionnaires. De cette légitimation religieuse du pouvoir découlait un monopole de l'Etat sur les cultes qui, en principe, rendait tout autre culte superflu sinon illégal. Ainsi l'Etat s'est toujours vu le droit de contrôler et de limiter les cultes pratiqués par le peuple, c'est-à-dire toute activité religieuse exercée par un sujet dépourvu de rang officiel, en dehors des étroites limites du comportement prescrit. Enoncée dans le Chou-li et le Li-chi, cette attitude officielle s'est perpétuée dans les compilations sur les rites de toutes les dynasties, et se trouve formulée le plus clairement dans le Ta Ming hui-tien dont les sections concernant les cultes du peuple sont ici analysées en détail. Alors que l'Etat traditionnel n' avait jamais les moyens de faire appliquer ces lois sur le plan local, on trouve encore l'attitude qui inspirait ces règlements dans les restrictions appliquées aux cultes locaux en Chine populaire.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents