Spinoza, critique ou lecteur radical de Maïmonide ?

Metadatas

Author
Date

May 30, 2020

Discipline
type
Language
Identifier
Organization

OpenEdition


Keywords

averroïsme Maïmonide Moïse prophétie Spinoza averroism Maimonide Moise prophety Spinoza


Cite this document

David Lemler, « Spinoza, critique ou lecteur radical de Maïmonide ? », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, ID : 10.4000/cps.3817


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Le traitement de la figure de Moïse reflète la relation ambivalente de Spinoza à Maïmonide. Derrière la polémique manifeste contre le maître médiéval, se cache une lecture ésotérique du Guide des égarés. Que Moïse n’ait été qu’un législateur talentueux à l’imagination particulièrement fertile (et nullement un philosophe) est une thèse que certains de ses lecteurs averroïstes attribuaient déjà à Maïmonide. Spinoza s’inscrit dans leur filiation en transférant vers Jésus les caractéristiques que Maïmonide prête à Moïse tout en reprenant, à son sujet, les mêmes procédés d’écriture complexes que ceux à l’œuvre dans le Guide à propos de Moïse.

The treatment he reserves for Moses reflects Spinoza’s ambivalent relationship to Maimonides. The manifest polemic against the Medieval master on this point hides an esoteric reading of the Guide of the Perplexed. That Moses was only a talented lawgiver with a particularly vivid imagination (and in no way a philosopher) is a thesis already ascribed to Maimonides by some of his Averroist readers. Spinoza follows in their footsteps in transferring to Jesus the characteristics Maimonides attributes to Moses and applying to him the same complex writing strategies used in the Guide in relation to Moses.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines