La géographie du nouveau roman saoudien selon Yūsuf al‑Muḥaymīd

Metadatas

Date

October 15, 2014

Discipline
type
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/2308-6122

Organization

OpenEdition

Licenses

https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/ , info:eu-repo/semantics/openAccess




Cite this document

Monica Ruocco, « La géographie du nouveau roman saoudien selon Yūsuf al‑Muḥaymīd », Arabian Humanities, ID : 10.4000/cy.2740


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cet article explore le rapport entre « al‑dākhil », dénomination que les Saoudiens utilisent pour définir leur pays, et « al‑khārij », « l’extérieur » ou bien « l’étranger », dans les œuvres romanesques de l’écrivain saoudien Yūsuf al‑Muḥaymīd. L’analyse se fonde sur la théorie de « géographie littéraire » ou bien de « géocritique », élaborée par Franco Moretti : en situant géographiquement les personnages et les événements narrés dans un roman sur un atlas imaginaire on obtient, selon Moretti, une série de « cartes littéraires », qui permettent de révéler « le rapport direct entre conflit social et forme esthétique ». Les représentations graphiques issues des romans de Yūsuf al‑Muḥaymīd démontrent que l’écrivain arrive à présenter la dimension interne du pays exclusivement dans son rapport avec l’étranger, en remettant en question concepts tels ceux de « limites d’un État », « territorialité », « citoyenneté », « identité culturelle ».

The aim of this paper is to analyse the relationship between al‑dākhil, the term Saudis use to define their country, and al‑khārij, the “outside”, in the novels of the Saudi writer Yūsuf al‑Muḥaymīd. In my attempt I will espouse Franco Moretti’s theory on “Literary geography” or “Geocriticism” developed in his essay La letteratura vista da lontano published in 2005. If we locate the characters and events described in a novel on an imaginary geographical atlas we obtain, according to Moretti, a series of “literary maps”, which will eventually reveal “the direct relationship between social conflict and aesthetic form”. By mapping Yūsuf al‑Muḥaymīd’s novels, I will show that the author draws the internal dimension of the country only in its relation to the “outside”, inspiring an in‑depth critical investigation in apparently assumed concepts such as “the limits of a State”, the “territoriality”, the “citizenship”, and the “cultural identity”.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in