« Recourir à la détestable beauté des phrases » : les enjeux de « l’inflation verbale » dans la prose de Louis-René des Forêts

Metadatas

Date

July 26, 2019

Discipline
type
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/0563-9751

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/2273-0311

Organization

OpenEdition

Licenses

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/ , info:eu-repo/semantics/openAccess

Abstract 0

Cet article s’intéresse au sentiment qui lie Louis-René des Forêts à sa langue, en particulier à travers l’analyse stylistique de certains fragments d’Ostinato. Nous insistons sur la dimension socio-politique de la langue, délaissée par la critique, qui se développe chez cet auteur par une sensibilité à l’inflation verbale, caractéristique du monde contemporain (saturation due à la propagande, surenchère médiatique, violence guerrière). La langue de l’écrivain doit lutter contre ces excès pour espérer retrouver une « scansion de l’être », une énergie rythmique et mélodique, que des Forêts assimile à la « toute-puissante sauvagerie » de l’enfance, quitte à tomber dans une misologie paralysante.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in