Risques sanitaires liés aux déchets ménagers sur la population d’Anyama (Abidjan-Côte d’Ivoire)

Metadatas

Date

August 2, 2019

Discipline
type
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/reference/issn/1492-8442

Organization

OpenEdition

Licenses

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/ , info:eu-repo/semantics/openAccess


Abstract Fr En

Cette étude a eu pour objectif principal d’évaluer le lien entre certaines pratiques de gestion des déchets ménagers et les maladies environnementales que sont le paludisme, les Infections respiratoires aiguës (IRA) et la diarrhée. Une enquête transversale a été menée sur 150 ménages choisis dans deux quartiers précaires, un quartier de moyenne standing et un quartier résidentiel. Les coordonnées géographiques des déchets à proximité des habitations ont été relevées. L’analyse statistique descriptive a été appliquée aux données. Les résultats montrent que plus de la moitié des chefs de ménages sont non scolarisés (51 %), dont 67 % de femmes contre 49 % d’hommes. Et que 60 % des ménages déversent les déchets solides dans la rue pendant que 48 % y déversent les eaux usées. Aussi, la morbidité présente-t-elle un taux de prévalence élevé de 66 %, le paludisme en tête (48 %), suivi de l’IRA (28 %) et de la diarrhée (9 %). Le paludisme et la diarrhée sont corrélés négativement au niveau d’instruction et positivement aux mauvaises pratiques de gestion des ordures. Les quartiers où ont été trouvés les plus forts taux de dépotoirs sauvages sont Derrière-Rails (43 %) et Schneider (25 %). Ces quartiers présentent également les plus forts taux de prévalence du paludisme 88 % et 82 %, respectivement pour Derrière-Rails et Schneider. S’agissant de l’IRA, elle semble affecter plus les individus de niveau universitaire (77 %) ainsi que les habitants du quartier Résidentiel (88 %).

The main objective of this study was to assess the link between poor household waste management practices and environmental diseases such as malaria, acute respiratory infections (ARI) and diarrhea. A cross-sectional survey was conducted on 150 selected households in two precarious neighborhoods, a modest and a residential neighborhood. Geographical coordinates of waste near homes have been identified. Descriptive statistical analysis was applied to the data. The results show that more than half of heads of households are out of school (51 %), of which 67 % are women compared to 49 % men. And that 60 % of households dump solid waste on the street while 48 % dump sewage. In addition, morbidity has a high prevalence rate of 66 %, with malaria at the top (48 %), followed by ARI (28 %) and diarrhea (9 %). Malaria and diarrhea are negatively correlated with education and positively with poor waste management practices. Neighborhoods with the highest rates of wild dumpsites are Derrière-Rails (43 %) and Schneider (25 %). These neighborhoods also have the highest prevalence rates of malaria 88 % and 82 %, respectively for Derrière-Rails and Schneider. With regard to the IRA, it seems to affect more individuals at the university level (77 %) as well as the inhabitants of the Résidentiel district (88 %).

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in