Les guides touristiques d’hôtels montréalais, 1857-1917 – Une stratégie publicitaire

Metadatas

Date

2013

Language
Identifier
Organization

Consortium Érudit

License

Tous droits réservés © Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2013



Cite this document

Michèle Lefebvre, « Les guides touristiques d’hôtels montréalais, 1857-1917 – Une stratégie publicitaire », Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, ID : 10.7202/1017693ar


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Au cours de la seconde moitié du xixe siècle et du début du xxe siècle, la concurrence entre les grands hôtels montréalais est féroce. Pour se démarquer ou simplement survivre, ceux-ci doivent constamment améliorer leurs installations afin de répondre au goût du jour : agrandissements des lieux et rafraîchissement du décor, ajout de l’eau chaude, de l’électricité, de téléphones, d’ascenseurs, etc. Les nouveaux standards de luxe exigent des dépenses colossales. Pour être en mesure de les assumer, les propriétaires de grands hôtels doivent s’assurer d’afficher complet. C’est possiblement ce qui les incite à se lancer dans la publication de guides touristiques au sein desquels leurs établissements sont mis en valeur à l’exclusion des autres hôtels de la métropole. Cet article explore l’origine, les objectifs annoncés, les emprunts et les stratégies publicitaires de 25 de ces guides touristiques – détenus par Bibliothèque et Archives nationales du Québec – publiés entre 1857 et 1917 par 10 importants établissements hôteliers montréalais : Donegana, St. Lawrence Hall, Montreal House, Ottawa, St. James, Albion, Queen’s, Windsor, Balmoral et Grand Union. Malgré des prétentions à offrir de justes informations au touriste, les producteurs de ces guides vont finir par en évacuer le véritable contenu touristique pour les transformer en de simples véhicules publicitaires.

In the latter half of the 19th and the early 20th centuries, the major Montréal hotels were engaged in fierce competition. To stand out from the rest or simply to survive, and in an effort to meet the inclinations of the day, they had to constantly improve their facilities: expanding premises, revamping decor, adding hot water, electricity, telephones, elevators, and so on and so forth. The new luxury standards demanded huge expenditures. To be able to afford them, the owners of the major hotels had to make sure there were no vacancies. Perhaps that is why they launched into publishing tourist guides featuring their establishments to the exclusion of the other hotels in Québec's largest city. This article takes a look at 25 such guides—held by Bibliothèque et Archives nationales du Québec and published between 1857 and 1917 by 10 major Montréal hotels: Donegana, St. Lawrence Hall, Montreal House, Ottawa, St. James, Albion, Queen’s, Windsor, Balmoral and Grand Union—exploring their origins, stated objectives, borrowings, and advertising strategies. Despite the pretence of offering tourists correct information, the producers of these guides eventually eliminated true tourism content from them and transformed them into pure advertising vehicles.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents