L’intention ludique et pratique. Humour et déliaison chez Emmanuel Hocquard

Metadatas

Date

2016

Discipline
Language
Identifier
Relations

This document is linked to :
Études françaises ; vol. 52 no. 3 (2016)

Collection

Erudit

Organization

Consortium Érudit

License

Tous droits réservés © Les Presses de l’Université de Montréal, 2016


Similar subjects Fr

Intentio

Cite this document

Philippe Charron, « L’intention ludique et pratique. Humour et déliaison chez Emmanuel Hocquard », Études françaises, ID : 10.7202/1038061ar


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cet article propose une analyse des implications de la notion de « ludique » dans l’oeuvre d’Emmanuel Hocquard. Notamment à la lumière de la pensée des « jeux de langage » et de l’« usage » de Ludwig Wittgenstein, influence majeure d’Hocquard, l’article montre que bien plus qu’un simple style ou trait d’esprit, le « ludique » relève chez Hocquard d’une conception pratique du langage et de la signification. Solidaire des manières ordinaires de se conduire dans le monde, l’« intention ludique » met notamment à mal l’hypothèse d’un rapport proprement littéraire ou artistique au langage et se conçoit plutôt à travers les interventions connectives et circonstancielles opérées sur les ressources disponibles dans un environnement de pensée dont les domaines possèdent des frontières indéterminées. C’est également une réflexion sur la question de la nature privée ou publique de cette « intention ludique » et des critères de signification que cet article suggère.

This article analyzes the implications of the notion of “ludique” in the work of Emmanuel Hocquard. Particularly following the philosophy of “language games” and “use of language” developed by Ludwig Wittgenstein (one of Hocquard’s major influences), this paper demonstrates that “ludique” is much more than a simple style or witticism. Rather, for Hocquard, “ludique” entails a practical conception of language and meaning. Relating to ordinary ways to behave in the world, “l’intention ludique” challenges the idea of a distinct literary or artistic language. It can be conceived instead through connective and incidental operations on available resources in an environment of thought that includes areas of indeterminate borders. Also considered are the public or private nature of the “intention ludique” and the criteria of meaning proposed by this paper.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in