Le genre du chômage : effets de perspective

Metadatas

Date

2018

Language
Identifier
Organization

Consortium Érudit



Cite this document

Stéphane Moulin, « Le genre du chômage : effets de perspective », Cahiers québécois de démographie, ID : 10.7202/1062104ar


Metrics


Share / Export

Abstract Fr En

Cet article porte sur les outils utilisés par Statistique Canada pour mesurer le chômage et le sous-emploi. Il vise à comprendre comment ceux-ci influencent la perception des différences entre les hommes et les femmes en matière d’activité et d’emploi. À partir de l’exploitation des données de deux enquêtes canadiennes (l’Enquête sur la population active et l’Enquête sur la dynamique du travail et du revenu), nous analysons les effets genrés de perspective générés par la construction des catégories du chômage et du sous-emploi (inclusives ou exclusives), le choix des périodes temporelles de référence (une semaine ou un mois) et le type d’analyse méthodologique mis en oeuvre (transversal ou longitudinal). Les résultats suggèrent que la façon de traiter les raisons personnelles et familiales conduit à masquer certaines formes féminines de chômage. Il montre plus généralement que les écarts de chômage entre hommes et femmes s’inversent lorsqu’appréhendés à travers des définitions plus inclusives, des périodes de référence plus longues et des analyses longitudinales.

This article focuses on the tools used by Statistics Canada to measure unemployment and underemployment. It aims to understand how these tools influence our perception of the differences between men and women in terms of labour force activity and employment. Using data from two Canadian surveys (Labour Force Survey and Survey of Labour and Income Dynamics), we analyze the gender effects of perspective driven by the construction of the unemployment and underemployment categories (inclusive or exclusive), the choice of reference time periods (a week or a month) and the chosen type of methodological analysis (cross-sectional or longitudinal). The results suggest that the way personal and family reasons are addressed masks women-specific forms of unemployment. It shows more generally that the unemployment gap between men and women is reversed when using more inclusive definitions, longer reference periods and longitudinal analyses.

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines