Women and aging in Renaissance poetry (Italy, France, Spain) Le Poète, la rose et le sablier. Représentations de la vieillesse féminine dans la poésie en langue romane de la Renaissance et de l'âge baroque En Fr

Metadatas

Date

December 2, 2021

Discipline
type
Language
Identifiers
Collection

Archives ouvertes




Cite this document

Louise Dehondt, « Women and aging in Renaissance poetry (Italy, France, Spain) », HAL-SHS : histoire de l'art, ID : 10670/1.3skdsd


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

Based on a vast corpus of Italian, French and Spanish texts, this study devoted to the representation of female old age highlights the crucial and contrasting presence of old age in the satirical, amorous, and spiritual poetry of the Renaissance and the Baroque period: recurrent types of old matchmakers or witches and terrifying portraits of the coming old age intended to frighten a young recipient stand side by side with eulogies of an old age that is turned towards God. At the crossroads of social, anthropological, theological, aesthetic, and ethical issues, the representation of female old age is crossed by a series of tensions that reflect the otherness embodied by the elderly female body. Our work tries first to bring to light the norms of age and gender which enclose the representation of the biographical courses and to underline how much the poetic production configures caricatural archetypes of old women who concentrate the hatred and the disgust when they do not respect the injunction to the spiritual withdrawal. In a second step, it will be shown that this social marginalization is articulated to an aesthetic and an ethic that closely associates female beauty and youth in the Renaissance. The test of time breaks down the harmony and makes laughter emerge. But far from being confined to satirical production, the representation of female old age underlines the porosity between loving and satirical portraits of female old age. The perspective of the comic ugliness which undoes the ideal of beauty appears as a threat invoked by the poet to untie himself from his amorous promises. The haunting of ageing, perceptible in the poetic production, is inseparable from the evolution of the representations of the female body and the apprehension of time in the Renaissance: the last two parts of the work are thus based on the history of the body and ideas to underline the extent to which Renaissance imagination of senescence is gendered. The third part of the work is specifically devoted to the study of intense negative emotions, of disgust and hatred, generated by the representation of the body and sexuality of the old woman, which disturb gender norms. We focus on the obscene and violent satires against the old woman, a paragon of corrupted bodies, marked by original sin, but who continues to experience desire, and we highlight the anguish that the old woman arouses. The last part of the study underlines how much this representation of ageing, which appears as an alienating experience, models the feminine temporal inscription, within the framework of the preoccupation with time that characterizes the Renaissance and the Baroque age, haunted by the transience of the present moment and the precariousness of all forms.

Cette thèse consacrée à la représentation du grand âge au féminin se fonde sur un vaste corpus de textes italiens, français et espagnols, où poètes et poétesses canoniques de la Renaissance côtoient des auteurs dont les œuvres n’ont pas été rééditées depuis le XVIIe siècle, et est étayée par de nombreuses analyses picturales. Elle met en évidence la présence capitale et contrastée de la vieillesse dans la poésie satirique, amoureuse et spirituelle en langue romane de la Renaissance et de l’âge baroque. Au croisement d’enjeux sociaux, anthropologiques, théologiques, esthétiques et éthiques, la représentation de la vieillesse féminine est traversée par une série de tensions symptomatiques de l'altérité que représente le corps féminin âgé. La réflexion s’articule en quatre temps. Ce travail s’efforce tout d’abord de mettre en lumière les normes d’âge et de genre qui contraignent la représentation des parcours biographiques et de souligner la polarisation sans continuum des figures de vieilles femmes, partagées entre archétypes caricaturaux de femmes âgées et modèles spirituels en retrait du monde. Le deuxième temps de l’étude est consacré aux enjeux spécifiquement poétiques de la représentation de la vieillesse féminine. L’épreuve du temps, qui décompose l’harmonie et fait surgir le rire, interroge les codes poétiques dominants où beauté et jeunesse féminines sont étroitement associées. Mais loin de se cantonner à la production comique, la perspective de la laideur vieillissante se profile comme une menace dans les recueils amoureux qui accueillent alors des effets burlesques ou satiriques : l’étude de la représentation poétique de la vieillesse féminine met ainsi en lumière la porosité entre les codes amoureux et satiriques. Le troisième temps du travail est consacré spécifiquement aux innombrables satires obscènes et misogynes dont la violence ne peut que surprendre : l’intensité des émotions négatives, de dégoût et de haine, générées par la vieille femme dont le corps est présenté comme corrompu et la sexualité comme déviante souligne combien la figure de la femme âgée trouble les normes de genre et les rapports de pouvoir. Le dernier temps de l’étude s’attache à montrer comment la représentation du vieillissement enserre les modalités féminines d’inscription dans le temps. Le souci du temps qui passe, la hantise devant la fugacité de l’instant présent et la précarité de toute forme se trouvent exacerbés dans le cas féminin. Tandis que la saisie de l’occasion est réservée à une maîtrise masculine du temps, c’est d’abord sous la figure de la désorganisation et de l’aliénation que se trouve modélisée l’expérience féminine du temps.Ce travail sur un corpus ancien s’inscrit au cœur de réflexions et d’enjeux contemporains : il convoque l’histoire littéraire autant que les études de genre, restées longtemps relativement silencieuses sur la représentation de l’âge, et espère contribuer à une meilleure compréhension de nos imaginaires de la sénescence.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in