Un "marxisme sans garanties" : Stuart Hall et ce pourquoi la race compte

Metadatas

Discipline
type
Language
Identifiers
Organization

Sciences Po

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

Racisme Marxisme (école) Stuart Hall


Cite this document

Selim Nadi et al., « Un "marxisme sans garanties" : Stuart Hall et ce pourquoi la race compte », Open Archive of Sciences Po (Paris), ID : 10670/1.bc6bjg


Metrics


Share / Export

Abstract 0

Stuart Hall mérite d'être lu. Trop longtemps appréhendé avec soupçon par les marxistes plus traditionnels, toujours suspect d'avoir trop concédé au « postmodernisme » et de s'être éloigné du marxisme, Satnam Virdee propose ici de lire l'œuvre de Hall comme une contribution matérialiste cruciale pour comprendre le racisme. Le grand mérite de Hall est d'avoir, selon Virdee, rapproché deux points de vue antithétiques sur la conscience de classe et l'idéologie : Althusser et E.P. Thompson. À rebours des querelles d'écoles au sein du marxisme, Satnam Virdee ébauche les points sur lesquels Hall s'est montré particulièrement fécond, ainsi que les limites de son travail pionnier.Satnam Virdee est professeur de sociologie à l'université de Glasgow. Il est notamment l'auteur de Racism, Class and the Racialized Outsider (2014).

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in