Puissances moyennes dans le jeu international

Metadatas

Date

2014

Discipline
Language
Identifiers
Organization

Cairn

License

copyrighted



Cite this document

Mélanie Albaret, « Puissances moyennes dans le jeu international », Relations internationales, ID : 10670/1.iimajj


Metrics


Share / Export

Abstract 0

États membres de l'ONU dès sa création fin 1945, le Brésil et le Mexique vont, au fil de leur histoire politique et de leur insertion dans le jeu multilatéral, user de postures d'abord passives, puis sélectives pour protéger leurs régimes autoritaires, et enfin actives pour émerger sur la scène internationale en tant que puissances moyennes.`/brb Trois types de relations se démarquent ainsi à travers leur participation aux instances de l'ONU : l'amultilatéralisme, ou l'absence de formulation d’une politique multilatérale ; le multilatéralisme limité, ou positionnement aux marges du système ; la prise de parole multilatérale, marque d’une attitude plus coopérative, mais aussi d’une capacité de contestation et de proposition.`/brb En soulignant les liens entre les scènes politiques nationale et internationale, l'ouvrage met en évidence les effets circulaires de la participation au multilatéralisme. Il montre également comment le multilatéralisme permet aux pays du Sud de devenir des acteurs à part entière dans le jeu international.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines