Postiches et artifices : anatomies de la vieille femme fardée, une entreprise de décomposition poétique

Abstract Fr

Cet article examine un motif topique de la satire misogyne, hérité de Martial : l’anatomie de la vieille femme fardée dont le poète décompose le masque trompeur en se livrant à une énumération burlesque des prothèses et onguents. Chez L’Arioste, Caccia, Maynard, Régnier, Sigogne, Quevedo, cette entreprise de dévoilement a un double objectif, moral et poétique : la déconstruction des ressorts stéréotypés et des métaphores topiques de l’éloge féminin pétrarquiste ; la dénonciation de l’hypocrisie féminine par la mise en lumière de la corruption du corps féminin. Mais entre détournement ludique des codes poétiques, conservatisme moral et violence misogyne, ces textes obligent le lecteur à des choix interprétatifs dont il convient de souligner les enjeux.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in