Economic Community of West African States (ECOWAS) : is it an optimum currency area? La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest est-elle une zone monétaire optimale ? En Fr

Metadatas

Date

July 9, 2020

type
Language
Identifiers
Organization

INRAE

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Keywords

Asymmetric shocks Business cycles synchronization Risk-sharing Monetary union Trade integration Financial integration ECOWAS Asymétrie des chocs Synchronisation des cycles Partage des risques Union monétaire Intégration commerciale Intégration financière CEDEAO


Cite this document

Stéphane Zouri, « Economic Community of West African States (ECOWAS) : is it an optimum currency area? », Archive Ouverte d'INRAE, ID : 10670/1.k0kgfb


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

This Ph.D. dissertation empirically investigates the optimality of a single currency in ECOWAS. It is subdivided into 4 chapters and is part of a dynamic approach to the theory of Optimum Currency Area (OCA). Chapter 1 shows that the traditional theory of OCA has not made it possible to make a credible and decisive judgement on the ability of West African states to form an OCA. In addition, it highlights the ambiguity of the results obtained in previous empirical works. However, these works are dated and the majority of them are static and omit the structural changes likely to occur in the area. Chapter 2 analyzes the degree of asymmetry of shocks within ECOWAS. We show that the economies of the region are marked by relatively high degrees of asymmetry. However, we stress the need to take into account the dynamic aspect of shocks, since a monetary union considered from the outset as costly can over time become beneficial. Chapter 3 identifies the determinants of synchronization of business cycles in ECOWAS. We show that bilateral trade and financial integration are determinants of the synchronization of business cycles in the region. In addition, we show that single currency increases the synchronization of business cycles through bilateral trade. Chapter 4 explores income and consumption smoothing patterns among ECOWAS. We show that official development assistance and gross savings smooth out asymmetric shocks between ECOWAS countries. Moreover, we show that even if the degree of risksharing has increased over time, it has remains limited. Thus, the creation of a supranational fiscal could provide an additional tool to mitigate asymmetric shocks in the region.

Cette thèse de Doctorat étudie de manière empirique l’optimalité monétaire dans la CEDEAO. Elle est subdivisée en 4 chapitres et s’inscrit dans une démarche dynamique de la théorie des Zones Monétaires Optimales (ZMO). Le chapitre 1 montre que la théorie traditionnelle des ZMO ne permet pas de porter un jugement crédible et tranché sur la capacité des États ouest africains à former un espace monétaire optimal. En outre, il souligne l’ambiguïté des résultats obtenus dans les précédents travaux empiriques. Toutefois, ces travaux datent et la majorité d’entre eux sont statiques et omettent les changements structurels susceptibles d’intervenir dans la zone. Le chapitre 2 analyse le degré d’asymétrie des chocs au sein de la CEDEAO. Nous montrons que les économies de la région sont marquées par des degrés d’asymétries relativement élevés. Toutefois, nous soulignons la nécessité d’une analyse dynamique des chocs car une union monétaire qui est considérée dès le départ comme coûteuse peut au fil du temps devenir bénéfique. Le chapitre 3 identifie les déterminants de la synchronisation des cycles économiques dans la CEDEAO. Nous montrons que le commerce bilatéral et l’intégration financière sont des déterminants de la synchronisation des cycles économiques dans la région. De plus, nous montrons que la monnaie unique augmente la synchronisation des cycles économiques via les échanges bilatéraux. Le chapitre 4 analyse les mécanismes de lissage des revenus et de la consommation au sein de la CEDEAO. Nous montrons que l’aide publique au développement et l’épargne brute permettent de lisser les chocs asymétriques entre les pays de la CEDEAO. En outre, nous montrons que même si le degré de partage des risques a augmenté au fil du temps, il reste faible. Ainsi, la création d’un fonds budgétaire pourrait fournir un outil supplémentaire pour atténuer les chocs asymétriques dans la région.

From the same authors

On the same subjects

Similar documents

Within the same disciplines