Capital Mobility, Unemployment and Public Policies : three Essays Mobilité du capital, chômage et politiques publiques : trois essais En Fr

Metadatas

Date

December 11, 2017

type
Language
Identifiers
Collection

Archives ouvertes

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess




Cite this document

Rabab Belayadi, « Capital Mobility, Unemployment and Public Policies : three Essays », HAL-SHS : économie et finance, ID : 10670/1.lzjkmo


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

This thesis studies the influence of capital mobility on public policies in an imperfect labor market. We present three contributions to provide some insights on this issue. Firstly, we introduce unemployment into the capital tax competition literature to study the effect of capital mobility on the provision of public goods. Our analysis shows that the usual result of underprovision of public goods is not always preserved in the presence of unemployment. We then investigate the minimum wage policy under the constraint of capital mobility when its role is to adjust the distribution of incomes. We find that, in a non-cooperative context, capital mobility would constrain governments to set lower minimum wages.Finally, we study the influence of capital mobility on the efficiency of labor market policies when governments cannot cooperate. Using a search-matching model with an exogenous stock of capital, we find that implementing a minimum wage can make the decentralized equilibrium coincide with a social optimum in a closed economy. Next we extend the analysis to an n-country economy, the most surprising result being that capital mobility does not affect the efficiency of public policy.

Cette thèse étudie les effets de mobilité des capitaux sur les politiques publiques dans une situation de sous-emploi. Nous traitons cette question selon trois axes. D'abord, nous introduisons le chômage dans le cadre d'analyse usuel de la concurrence fiscale afin d'étudier l'effet de mobilité du capital sur l'offre de biens publics pour établir que le résultat classique de sous-provision de biens publics est remis en question dès qu'on lève l'hypothèse de plein emploi. Nous menons ensuite une étude de la politique du salaire minimum sous la contrainte de mobilité des capitaux lorsque son rôle est de corriger la répartition des revenus. Nous montrons que la mobilité du capital conduit à la fixation d'un salaire minimum trop faible lorsque les Gouvernements ne sont pas capables de coopération. Enfin, nous analysons dans un troisième axe, l'effet de la mobilité des capitaux sur les politiques publiques en terme d'efficacité lorsque le marché du travail est soumis à des friction. A cet effet, nous utilisons un modèle d'appariement où le stock du capital est exogène. Deux résultats principaux émergent. Le premier résultat montre que le salaire minimum est un moyen d'améliorer l'efficacité du marché du travail en économie fermée; le second est que la mobilité du capital n'affecte pas l'efficacité de la politique du salaire minimum (ainsi conçue) en économie ouverte.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in