« La Ratte » de Günter Grass, une apocalypse au second degré.

Metadatas

Date

2013

Discipline
type
Language
Identifiers
Collection

Archives ouvertes

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess




Cite this document

Dorothée Cailleux, « « La Ratte » de Günter Grass, une apocalypse au second degré. », HAL-SHS : littérature, ID : 10670/1.mygue4


Metrics


Share / Export

Abstract En Fr

The Rat, a novel published by Günter Grass in 1986, seems to belong to the series of science-fiction novels of the XX th century which deal with the theme of apocalypse and show the end of the human world as a consequence of misuse of modern technologies, in that case the atomic power. Although the plot reminds of the central characteristics of the apocalyptical texts and despite the author's statements in various speeches and essays, one can wonder if The Rat should not be associated with other genres. A significant part of the novel is indeed devoted to a critic of the exploitation of eschatological themes by the mass medias. Grass'novel should therefore be read as an attempt to " steal a myth " , as Barthes wrote, that is to say build a second myth by using the elements of a previous one, in order to reveal everything the first myth wanted to hide. The Rat could then be understood as an apocalypse, in the etymological sense of the word, of the " apocalypse " , i.e. the myth of the end of the world.

La Ratte, roman de Günter Grass paru en 1986, semble s'inscrire dans la lignée des ouvrages de science-fiction du XX ème siècle exploitant le thème de l'apocalypse et présentant la disparition de l'humanité à la suite d'une catastrophe provoquée par les technologies modernes, en l' occurrence des missiles atomiques. Mais si on reconnaît bien dans l'intrigue des caractéristiques propres à ce genre et si les motivations de l'auteur, telles qu'il a pu les présenter dans plusieurs discours et essais, relèvent bien de la tradition apocalyptique, au sens où il s'agit d'avertir d' une fin prochaine, on peut s'interroger sur la nature exacte du texte, qui est traversé par une réflexion sur l'exploitation par la culture de masse des thèmes apocalyptiques et semble chercher à se démarquer d'une certaine forme d'instrumentalisation du mythe. L'oeuvre de Grass se rapprocherait donc davantage, telle est notre hypothèse, d'un « vol de mythe » pour reprendre les termes de Roland Barthes, c'est-à-dire de la construction d'un mythe second à partir d'un récit préexistant, dans le but de révéler, précisément, le caractère mensonger du premier. Nous aurions donc affaire à une apocalypse, au sens étymologique du terme, de l'« apocalypse » entendue comme fin du monde.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in