« Vertige d’un monde pris de vitesse. La mutation de la perception dans la littérature du XIXe siècle »

Metadatas

Date

October 4, 2021

Discipline
Language
Identifiers
Collection

Archives ouvertes




Cite this document

Stanislas de Courville, « « Vertige d’un monde pris de vitesse. La mutation de la perception dans la littérature du XIXe siècle » », HAL-SHS : philosophie, ID : 10670/1.tcdkb5


Metrics


Share / Export

Abstract 0

La littérature du XIXe siècle a témoigné de mutations extrêmement rapides et variées de la perception sous l’influence de l’aire urbaine, plaidant de ce fait contre une conception fixe ou statique de celle-ci. Le changement est si radical que Walter Benjamin évoquait l’avènement d’une « perception sous forme de choc » dont l’art se serait fait l’écho et qui s’instituerait durablement au XXe siècle avec le cinématographe. Au centre de cette nouvelle forme de perception se trouve l’augmentation toujours croissante de la vitesse, conjuguée à l’explosion du phénomène des masses, entité résolument moderne qui se déverse sur le monde et s’avère la matrice de tous ses changements. L’adaptation à la vitesse de la modernité devient un impératif que tous doivent suivre sous peine d’être exclus de la mue en cours tels des rebuts ou peaux mortes, comme le sont en quelque sorte les grands personnages d’inadaptés qui peuplent la littérature, de l’Oblomov de Gontcharov traînant dans son peignoir oriental symbole d’un romantisme au « cerveau déjà crevé » (Bloy), au des Esseintes de Huysmans vomissant l’image pâlie de son existence passée. Mutation sans cesse renouvelée qui laisse sur la rive du progrès ceux qui ne peuvent s’y accoutumer, refoulant aussitôt les innovations quasi-physiologiques à peine assimilées. En nous appuyant sur les théoriciens d’une historicité de la perception que furent Walter Benjamin et Maurice Merleau-Ponty, nous proposons de penser la ou les mutations de la perception en cours au XIXe siècle à travers leurs nombreuses expressions littéraires, de Balzac à Zola ou de Gogol à Gontcharov, en passant par Baudelaire, Nerval et Huysmans, faisant en sorte que de ce panorama émane le vertige d’un monde alors pris de vitesse.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Within the same disciplines

Export in