Stories of Migrant Trafficking: The Soft Power of Djiboutian Smugglers Histoires et récits du trafic de migrants : le soft power des passeurs djiboutiens En Fr

Metadatas

Date

2023

type
Language
Identifiers
Relations

This document is linked to :
info:eu-repo/semantics/altIdentifier/doi/10.4000/remi.24419

Collection

Archives ouvertes

License

info:eu-repo/semantics/OpenAccess


Abstract En Fr

This article studies the links between the recruitment of new generations of smugglers and the storytelling of the nocturnal “adventures” of former smugglers in Djibouti. These stories make it possible to study the imaginaries and the discourses of success produced around the smuggler archetype. To do this, the article is based on a corpus of stories collected from various actors (smuggler, official, henchman), each story highlighting the different complimentary facets of such a figure. However, this positive vision of an outlaw actor is to put in parallel with the Djiboutian political context. The latter reflects, on the one hand, the privatization of the state rent by a micro-elite, and, on the other hand, the marginalization and impoverishment of a part of the population. This situation will have two consequences. First, it is understood that the smuggler indirectly represents a political figure of protest in an authoritarian context. Second, these stories will have a direct impact on the recruitment of a new generation of smugglers. Out-of-school youth will join the networks of smugglers thus strengthening the already constituted power of the network bosses.

Cet article analyse les liens qui existent entre le recrutement des nouvelles générations de passeurs et la mise en récit des « aventures » nocturnes des anciens passeurs à Djibouti. Ces récits permettent ainsi d’étudier les imaginaires et les discours de réussite produits autour de cette figure du passeur. Pour ce faire, l’article s’appuie sur un corpus d’histoires collectées auprès de divers acteurs (passeur, fonctionnaire, homme de main), chaque histoire mettant en avant les différentes facettes élogieuses d’une telle figure. Or, cette vision positive d’un acteur hors-la-loi est à mettre en parallèle du contexte politique national djiboutien. Ce dernier traduit, d’une part, la privatisation de la rente d’État par une micro-élite et, d’autre part, la marginalisation et l’appauvrissement d’une partie de la population. Cette situation va entraîner deux conséquences. Premièrement, on comprend que le passeur représente indirectement une figure politique de la contestation dans un contexte autoritaire. Deuxièmement, ces histoires vont avoir des conséquences directes sur le recrutement d’une nouvelle génération de passeurs. Des jeunes déscolarisés vont rejoindre les réseaux de passeurs renforçant ainsi le pouvoir déjà constitué des patrons de réseaux.

document thumbnail

From the same authors

On the same subjects

Export in